Andrew Newberg, neuroscientifique à la Thomas Jefferson University, et Mark Robert Waldman, expert en communication, ont rédigé un livre intitulé :

« les mots peuvent changer votre cerveau »

 Ils y expliquent qu’en utilisant des mots positifs plus souvent que des mots négatifs on peut relancer les centres de motivation du cerveau, les poussant ainsi à agir…

Ils y écrivent: « Un seul mot a le pouvoir d’influencer l’expression des gènes qui régulent le stress physique et émotionnel. 

chien à lunettes - « les mots peuvent changer votre cerveau »

Ainsi nous savons désormais que les mots peuvent restructurer notre cerveau.

Les mots positifs ont un impact positif sur le cerveau alors que les mots négatifs empêchent la bonne gestion du stress en inhibant la production de certaines substances neurochimiques.

Pourquoi sommes-nous souvent inquiets ?

Le cerveau humain est d’abord programmé pour s’inquiéter, c’est ainsi que nous avons survécu car ce système d’alarme nous a protégé des situations dangereuses.

À partir de ce système sensé nous protéger, nous nous sommes trop souvent barricadés dans le stress et la peur qui, non seulement, ne sont pas utiles au quotidien mais nous empêchent littéralement d’être heureux.

Les deux scientifiques nous expliquent comment le fait d’utiliser les bons mots peut changer notre réalité : 

Voici un extrait de leur livre :

«En gardant un mot positif et optimiste dans votre esprit, vous stimulez l’activité du lobe frontal. Cette zone comprend des centres linguistiques spécifiques qui se connectent directement au cortex moteur chargé de vous faire passer à l’action. Et comme nos recherches l’ont montré, plus vous vous concentrez sur des mots positifs, plus vous commencez à toucher d’autres régions du cerveau.

Les fonctions du lobe pariétal commencent à changer, ce qui modifie votre perception de vous-même et des personnes avec lesquelles vous interagissez. Une vision positive de vous-même vous incitera à voir le bien chez les autres, alors qu’une image négative de vous-même vous poussera à la méfiance et au doute. Au fil du temps, la structure de votre thalamus changera également en réponse à vos paroles, pensées et sentiments conscients, et nous pensons que les changements thalamiques affectent votre façon de percevoir la réalité. « 

Validation par une étude sur la psychologie positive :

Une étude, qui s’adressait à un groupe d’adultes âgés de 35 à 54 ans, détaille l’utilisation de mots positifs. Les participants de cette étude ont été chargés d’écrire trois choses positives le soir pendant 3 mois. 

Dans les trois mois qui ont suivi, les études ont montré que leur degré de bonheur et de satisfaction continuait d’augmenter tandis que les idées dépressives diminuaient.

En s’exerçant sur des idées et des émotions positives nous améliorons notre bien-être et le fonctionnement de notre cerveau. 

Je vous propose un petit exercice :

Au cours d’une journée, observez vos propos et notez combien de fois vous utilisez des formules négatives ou des formules positives…

La simple observation de votre langage pourra sans doute vous convaincre de reformuler en version positive…

Ainsi vous pourrez constater à quel point « on pense négatif » et « on parle négatif ». Alors, il vous suffira de reformuler avec la prise de conscience. 

Faites-le comme un jeu : un jeu qui peut changer votre vie en mieux ! 

Vous serez sans doute surpris par la simplicité du procédé…

En prenant conscience de son langage, de ses pensées, et en reformulant en version positive, la vie est plus souriante… et positive.

Pour comprendre et reformuler toutes nos croyances limitantes, je vous propose un atelier qui ne laissera plus passer vos pensées négatives, voire toxiques sur vous ou sur la vie !

À vous de jouer ! Venez participer au prochain atelier sur les croyances limitantes et les contre-croyances 

 

Atelier sur les croyances négatives et les contre-croyances

Nos croyances limitantes c’est le résidu de nos conditionnements qui bloque notre vie.